Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Homme en Noir

L'Homme en Noir

instants de chroniques pour du temps à perdre !


Any One

Publié par Nicolas Koredly sur 13 Juin 2016, 10:54am

Any One

Il arrive toujours un moment, chaque saison, où le récit devient tellement dense qu'il est compliqué de tirer une leçon, ou une information essentielle, d'un épisode. L'Express a décidé de titrer "la fin des cycles" même si, en fait, seuls deux arcs essentiels se concluent ici, et autant dire que pour l'un des deux, madre de dios... (et c'est étrangement pas celui qu'on aurait pu croire)

A la veille d'un épisode 9 qui promet d'être une gigantesque mêlée où on verra mourir Wun Wun (parce qu'un géant, c'est cher), sans doute Jon encore (il peut revenir à partir du moment où il a une Mélissandre sous la main) et Ramsay (peu de chance qu'il passe l'épisode hein... Au bout d'un moment ça suffit), on peut s'interroger pour savoir si cet épisode 8 n'est pas l'image même de toute cette saison, à savoir : effaçons tout souvenir de la saison 5, au risque d'être plus immangeable que jamais. Trêve de blabla introductif,

on attaque !

1/ Assassin's Creed Knights of Malta

Passons directement sur la première des conclusions d'un arc cette saison. Après une saison précédente au mieux froide, Arya a donc décidé de finir son petit voyage en lien avec le théâtre. En effet, comme beaucoup s'en doutaient, la jeune fille se réfugie chez Lady Cigogne qui se dépêche de soigner la jeune fille. On remarque qu'en suivant les consignes de la petite, elle a changé son jeu et devient l'espace d'un instant Lena Headey (c'est fugace, mais on voit dans sa colère qu'elle prend les mêmes mimiques).

Symboliquement, c'est encore intéressant car Arya se fait sauver par Cersei, ou l'image de celle-ci, là où dans l'épisode précédent elle prenait uniquement les atours de son ennemi à abattre. Et cette fois, on lui propose un rôle, et pas n'importe lequel, celui de sa propre soeur. Elle refuse, et offre pour la PREMIERE FOIS (et ça fait du bien) un projet, une envie terrible, celle d'aller loin, très loin de tout.

C'est la première fois que le personnage d'Arya a l'air fatigué, harassé par sa colère, et elle veut juste partir, aussi loin que ce bout du monde. C'est presque un testament de la part d'Arya, et c'est suffisamment intense pour être très agréable. Elle est à cet instant tellement sûr qu'elle ne quittera pas Braavos en vie, que comme Bran qui se voyait chevalier et faisait le bilan terrible de ce que la perte de ses jambes lui infligeait, elle déclame le fait qu'elle ne désire qu'être loin, loin de tout.

On la retrouve donc à la fin de l'épisode, dans ce qui semble être un tour d'horizon des quartiers de Malte (admettons, c'est joli, y a même des belles rambardes) dans une course poursuite digne d'Assassin's Creed... SAUF que le côté Terminator de la poursuivante rend l'ensemble confus et peu crédible. Ça a l'air très long (prêt de 3'20''), et la conclusion aurait pu être beaucoup plus épique si on avait pas vu Arya tomber, rouvrir sa blessure (quand même...) etc etc...

Je dis oui pour le final, trois fois oui, le fait de la voir se dresser, en fermant les yeux, avant d'éteindre la bougie, c'est raccord avec le reste de la saison, et avec l'évolution du personnage. Mais la mise en place était tellement longue, tellement boiteuse, et le résultat tellement en demi-teinte qu'on ne peut apprécier la grâce du moment.

Bien sûr, elle ramène le visage de la demoiselle jusqu'au temple, avant de surprendre un maitre assassin dans le dos (mon rôdeur assassin de Skyrim aurait des blagues à faire). Et de lui annoncer que "je rentre chez moi, et je suis Arya Stark de Winterfell, et j't'emmerde".

J'ai pas compris le sens du sourire, maintenant il faudrait que je me remate tous les passages à Braavos, parce que lui a-t-on déjà dit qu'elle ne pourrait jamais repartir ? Si ça se trouve, plutôt que de faire un caca nerveux, elle aurait mieux fait de se trouver un danseur d'eau et finir ses leçons.

Je ne sais pas encore où ça va aller cette histoire, néanmoins on voit qu'on passe énormément de temps à briser le contenu mythique.

2/ Go on, make my day

Retrouvons l'arc narratif de ce cher Sandor, revenu il y a à peine quelques heures et toujours en route pour retrouver les vils malandrins. Et autant dire que j'aurais aimé qu'il se pointe plus tôt, parce que, by the old gods and the new, qu'est-ce que je commence à en avoir marre des scènes figurants dégueu. Okay, ça dure depuis le début, ce côté blague à prout des petites gens, mais justement y a-t-il une limite à la caricature ?

Ok, dès le premier coup la tête gicle, et on se dit qu'on va assister à une grosse scène de sauvagerie brutale, et finalement ça va, c'est assez propre. Que je m'explique quand je dis "c'est assez propre", il abat ses trois adversaires extrêmement vite, c'est grand guignolesque et justement à l'image de la scène entre les 4 compères.

Oui, ils se font couper façon fête à la citrouille (osez me dire qu'on a pas l'impression de voir des cucurbitacées tellement ils sont intéressants), mais le manque de mise en place rend le tout ni salvateur, ni un minimum questionnable (pourtant, il y a l'air d'y avoir deux jeunes, on pourrait les faire reparler de ce qu'ils ont fait, douter, ou apprécier leur geste, plutôt que le doigt dans le cul)...

C'est toujours dans la joie et dans la poésie que Sandor recroise le reste de la fraternité des duduches, lesquels sont réduits à quelques braves uniquement. Sandor est un personnage qui a toujours été porté par la vengeance, mais là il se fait rattraper par le fait d'avoir été trop long. Et on dit coucou à Béric, dont le retour fait définitivement fermer toute possibilité à Lady StoneHeart, et ça, C'EST BIEN !

Pourquoi ? Parce que mine de rien ça offre une nouvelle lecture, qu'on arrêtera chaque année d'avoir des gens qui font "ah mais si, melty.fr l'a dit, cette saison y aura le retour de Catelyn, et Cersei en fait, c'est Daenerys du futur".

Sachez que ce genre de sites sont tenus par des gens peu scrupuleux qui écument le net à la recherche de toutes les idées les plus foireuses et se torchent volontiers avec les principes d'analyse, et de citations, et prennent à leur compte des trucs qu'ils ne comprennent même pas...

Breeeef. L'importance de la disparition de Coeurdepierre a son intérêt, surtout pour la suite de l'épisode (on y reviendra donc, mais plus tard).

3/ Et soudain la lumière

Depuis le début de la saison, je me suis souvent questionné sur l'arc Meereen, ok c'était long mais enfin j'ai compris où ils voulaient en venir. J'y reviendrai sans doute dans le bilan de la saison, mais de fait si la saison précédente s'était vantée d'un "valar morghulis", cette saison ci se place sous une chape de plomb morbide.

Tout cette épisode suinte la mort, une mort terrible car annoncée, et un désespoir qui brise tout espoir. ET cet arc Meereen frappe fort en replaçant Varys sur le départ. Lorsqu'il s'éloigne, Tyrion a l'air anéanti, et semble le temps d'un plan plus vieux que jamais. Quant à la destination, eh bien trois possibilités : Ou il va s'occuper de Qyburn (car après tout, ses oisillons ont parlé), ou de Kevan (car il semble ultra conciliant et en passe de virer la tarée définitivement), OU il va aller voir les Mart... Pardon, les Sand, pour avoir une armée et des navires.

Bien sûr il peut faire les trois.

Cela étant, Tyrion se retrouve à boire, et cette fois-ci obligera ses deux compagnons d'infortune à se joindre à la boisson. La scène fait directement référence au début de la saison où Tyrion et ses camarades de galère n'arrivaient pas à communiquer. Cela notamment parce que Daenerys, toute gentille qu'elle soit, n'a jamais cherché à humaniser ses sujets, elle n'a jamais pris le temps d'être auprès d'eux, et de les voir autrement que comme "la conseillère" et "le chef guerrier".

Là, ils ont eu beaucoup d'échanges, violents, où Tyrion les a toujours ramenés à un statut d'humains, et a essayé autant que possible de leur expliquer qu'il fallait apprendre à vivre.
Tout comme Arya, il fait part aussi du désir d'un ailleurs en paix, qui tient plus du fantasme que de la réalité (va-t-il seulement survivre assez longtemps pour connaître la paix ?).

Donc oui, c'est un moment qui fait fake, mais qui ne l'est pas du tout. C'est le premier moment où ils ont un vrai échange sincère, et il est brisé par quoi ? Le monde extérieur, violent, traitre et menteur, qui vient reprendre son dû.

La guerre a ça d'ennuyeux qu'elle met Tyrion dans un position d'échec complet. Mais heureusement, il a passé des années à... Ben nan, il panique. En même temps on comprend, c'est la merde.

Et à ce moment ils entendent un bruit sur le toit et se préparent à affronter... quoi ? Je sais pas, ils ont dressé des albatros de guerre les habitants d'Astapor ? Ou des ninjas ? Quoi qu'il en soit ils s'inquiètent et finalement envoient un pauvre Unsullied combattre les vilains ninja, quand OH MON DIEU.

Eh oui, Daenerys is back, cay la joye ! En fait, c'était tout pourri cette scène ! Parce que bon sang, au bout d'un moment ne peut-on avoir zappé le texte de Nuremberg, et lui aménager une vraie entrée digne de ce nom ? Bah, tant pis, remarquons juste qu'apparemment elle a eu le temps d'avoir une nouvelle tenue (c'est beau la vie d'errance au milieu du désert).

Va falloir faire un effort de dingue pour rattraper cette merde.

4/ We're gonna need a bigger boat

Retrouvons notre drama queen favorite dans son rôle de femme au foyer merveilleuse. Ca continue de picoler sec, et l'alcool ne suffit pas pour faire passer la nouvelle de l'arrivée de témoins de Jéhovah plutôt récalcitrants. Sauf que bon, il est dimanche matin, il est tôt, et j'avais envie de me faire un peu de stradivarius avec ce beau soleil d'automne.

Mais ils ont décidé de faire se bouger la reine mère jusqu'au septuaire. On ne saura jamais pourquoi, parce qu'elle explique bien qu'il est hors de question qu'elle se déplace. Petit Lancel décide donc de la menacer, or elle explique que non et qu'elle a son Mike Tyson de compagnie pour l'assister.

Bien sûr, y a un crétin pour tenter de frapper Gregorstein, et après l'avoir empalé avec quatre piques pointues, Gregor va lui faire embrasser le sol et lui arrache la tête devant ses chers amis... Ce qui a le mérite d'étrangement calmer tout le monde.

Mais la conséquence arrive bien vite quand Cersei apprend par des bruits de couloirs qu'une annonce va avoir lieu. Et oui, on l'a même pas invitée. la descente aux enfers continue (et elle a pas touché le fond). Kevan la renvoie ad patres dans les balcons, histoire de pas l'avoir dans les pattes.

Et ça se comprend, car v'là tit pas que l'petit Tommen, y déclare interdit les duels judiciaires, condamnant de fait sa mère à passer en jugement classique, et en même temps il a pas le choix. Pourquoi me direz-vous ? Est-ce que vous vous rappelez pour quel crime Cersei passe en jugement ? Inceste ? Nop... Elle s'est tapé son cousin, et c'était un adultère, crime qu'elle a confessé.

Un pitit effort ? Parce que c'est vrai, personne n'a de preuve avéré de la relation Jaime - Cersei, donc c'est pas ça... Qu'est-ce alors ? Eh oui, Cersei passe en jugement pour régicide, crime pour lequel son cousin Lancel est témoin/complice. Donc si elle est coupable, elle a tué le père de Tommen (et on le voit mal la défendre), et si elle est innocente, ben c'est niquel génial sauvé !

Vous comprenez maintenant pourquoi il accepte le jugement classique ? Il fait ça parce que dans sa tête, c'est le meilleur moyen d'innocenter sa mère (car il ne peut QUE la croire innocente). Mais encore une fois, ça place cet épisode sous le signe de l'intense désespoir, et on arrive à la dernière partie.

5/ Let's go fishing

On l'a dit, et on l'a vu, Lady Coeurdepierre c'est foutu, fini, enterré. ET mine de rien, c'est ce qui permet de justifier l'arc Vivesaigues, qui prend dès lors une tournure plus tragique. Dans les romans, le siège est quasi semblable, sauf qu'Edmure reste à un moment seul dans une tente avec un barde, barde qui est membre de la fraternité sans bannières (laquelle travaille maintenant aux ordres de Catelyn).

Bien sûr, Jaime ne lit pas ses propres aventures, et ne sait pas que Catelyn est Ccoeurdepierre, que le barde est un mec de la fraternité, et que donc tout ça sert les intérêts de ses ennemis. Quand Edmure rentre dans le château, il rend donc les armes et Brynden, qu'est pas la moitié d'un, s'enfuit en sautant par une fenêtre et en nageant (Blackfish mec, Blackfish). Tout ça donc se fait aussi avec d'autres facteurs (la femme de Robb, toujours en vie, est encore dans Vivesaigues).

En bref, Brynden se bat parce qu'il a encore de l'espoir. Parce que la vengeance a un but. Parce que le monde n'a pas sombré littéralement devant lui. Là, il se retrouve seul, sa nièce est bel et bien morte, son neveu a peu de chance d'y survivre, et il n'a aucune armée. Pourquoi n'accompagne-t-il pas Brienne ? Pourquoi irait-il mourir, loin de chez lui, sur une terre étrangère pour une cause à laquelle il ne croit plus ?

Alors oui, c'est triste que Edmure trahisse ainsi son oncle, c'est triste qu'il le fasse pour sauver son fils qu'il n'a jamais vu, mais le nom des Tully est en perdition, sa maison vieille de milliers d'années a été anéantie, s'il espère un tant soit peu un avenir, c'est par la disparition de Brynden que ça doit arriver.

Tout l'arc de Vivesaigues aura été placé en deux épisodes, et aura permis d'observer de visu ce que l'absence de Stoneheart fait au monde qui l'entoure. Si je peux reprocher le côté expéditif, on n'est pas face à un Dorne qui tease énormément pour finir en pétard mouillé, mais bien face à l’émergence d'une nouvelle vision, à savoir : qu'arrive-t-il après la tragédie ?

6/ Les -, les +, et bilan

les - : - la scène hommage à Terminator, qui fait tomber en flèche l'épisode

- le retour de Daenerys, à base de "tout ça pour ça"

les + : - l'épisode de la loose

- les moments de doute de Tyrion, d'Arya et de Brynden, merveilleux

L'épisode 8 s'achève sur la trame globale la plus triste de cette série. Personne ne sort victorieux, personne ne sort innocent et tous sont blessés, meurtris, brisés par ce qui se déroule devant eux. Petit à petit, la pente raide sur laquelle on se trouvait nous amène à la conclusion de la saison, ET de la série, et on voit chaque caillou rouler et déclencher une avalanche qui va tout emporter sur son passage.

J'y reviendrai dans l'article bilan, mais cette saison s'annonce comme un test de grande envergure, et fait figure d'inédit sur tellement de points qu'elle pourrait sauver la cata des deux dernières saisons, ou enterrer la fin de série. Mais ils prennent des risques, des risques intéressants qui peuvent payer, à condition de garder l'esprit ouvert bien entendu. Ce n'est pas la saison de la maturité, mais l'épisode semble enfin sortir de l'adolescence.

7/ Auto-promo

Je vous rappelle à tout hasard qu'il y a une page facebook ici : https://www.facebook.com/Nico.Koredly/

Une page tipeee là : https://www.tipeee.com/les-critiques-de-l-hommes-en-noir

Je lance une deuxième salve d'appel à témoignages sur le monde geek ici : http://homme.en.noir.overblog.com/2015/05/appel-a-temoignage.html

Voilà voilà, n'oubliez pas de liker, de commenter, et critiquer, et nous nous verrons bientôt.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents