Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Homme en Noir

L'Homme en Noir

instants de chroniques pour du temps à perdre !


Game of Thrones saison 7 : critique et bilan

Publié par Nicolas Koredly sur 11 Septembre 2017, 08:01am

Game of Thrones saison 7 : critique et bilan

Cette saison 7 de Game of Thrones aura fait couler beaucoup d'encre, et je ne crois pas en avoir vu autant avec de nouvelles critiques. Quand j'ai commencé les chroniques sur Game of Thrones, c'était pour faire un exercice d'écriture régulier, Il s'avère que mon année a été chaotique en termes de temps, et que j'ai galéré à trouver le temps de venir par ici.

Nouveau calendrier, nouvelles obligations, je promets donc d'écrire de manière plus régulière sur le blog, et on va commencer par faire un résumé, aussi synthétique que possible (donc sans doute de 4 pages) sur les parcours et les événements, ainsi que des critiques qui ont parsemé cette nouvelle saison.

On attaque ;

1/ Game of Thrones : Blockbuster con ?

Ceux qui suivent mes écrits depuis quelques temps le savent, je considère qu'attaquer gratuitement Benioff et Weiss n'a aucun intérêt. Pire, je suis de ceux qui considèrent que c'est une solution facile. Qu'ils aient une part non négligeable de responsabilité, oui, mais de là à les jeter au pilori comme s'ils étaient les grands décisionnaires, c'est oublier comment fonctionne une série.

Dire que Game of Thrones est un blockbuster, c'est stupide, parce que c'est ignorer un fait (et c'est peut-être le reproche majoritaire que je ferai aux gens) : Game of Thrones est en train de finir.

Nous arrivons à une conclusion, qu'on accuse la série de conclure c'est assez ironique surtout quand on observe comment les personnages mouraient à tout rompre dans la saison 6, dans un déluge parfois assez ironique d'ailleurs. Que la série n'y aille plus par quatre chemins, que les personnages importants soient pris et jetés dans le marasme des événements majeurs est normal, nous sommes sur les deux saisons de conclusion.

Remarquez comme la série a découpé justement ses axes en trois : d'abord, de la saison 1 à la saison 3 avec la Guerre des Rois (du début de la série à la fin d'une première partie marquée par la mise à mort sanglante de Robb). Les saisons 4 à 6 représentent les traversées du désert de nos personnages, les errements violents de ceux qui se cherchent, et finalement retrouvent une position sur des montagnes de cadavres.

Eh bien là, on est sur la Fin, fin de l'histoire comme celle d'un monde. Le temps qu'on a pris a été pris, et là on voit les conclusions des événements mis en place (maladroitement, rapidement, MAIS mis en place).

Bien sûr que le tout n'est pas toujours à la hauteur, Littlefinger n'a clairement pas une fin digne de sa grandeur, mais vous vous attendiez à quoi ? A le voir comploter avec le maître des morts pour récupérer les cendres du Trone de Fer et s'en faire un collier ? Je trouve que sa mort est particulièrement saisissante, parce qu'elle arrive au parfait moment, et pour les parfaites raisons (mais j'y reviendrai).

Game of Thrones n'est pas un blockbuster, parce que, ça paraît con de le rappeler, Game of Thrones est une série. Et ce fait, qui au départ en était la grande force, est aussi sa plus grande faiblesse.

2/ Une histoire d'espace-temps

Abordons l'autre souci lié à cette saison, et qui est une histoire de cohérence basée sur 2 événements précis : la vitesse des personnages à traverser les frontières, et la vitesse des marcheurs blancs depuis le début de la série.

Pour le premier point allons-y franchement, en vous basant exclusivement sur la série, quelle taille fait Westeros ? Je me fiche de savoir ce qu'il y a d'écrit dans le bouquin, sur les cartes, ou sur l'article de melty.fr. Ben oui, on n'en sait rien. On sait juste qu'il faut quelques jours à Eddard pour aller du Nord au Sud ((référence au temps que Catelyn reste au chevet de Bran), et donc même si les distances sont un peu floues (volontairement), rien n'indique de vraies échelles d'espace, et donc de temps.

C'est un peu facile, j'en conviens, mais force est de constater que comme souvent (et j'y reviens aussi plus loin) on utilise des données du livre pour tenter d'expliquer ou de critiquer la série, et il faut pas.

Soyons clairs, je conviens qu'autrefois ils faisaient au moins quelques efforts, mais la temporalité a toujours été le souci majeur de la série, bien indépendamment de sa propre volonté d'ailleurs. Il fallait quand même situer au début les divers environnements. Mais là, sérieusement, ce n'est pas "pire" que toutes les séries actuellement (qui utilisent les ellipses à tour de bras, et j'ai des exemples à la pelle).

Loin de moi l'idée de dire "les autres le font alors c'est pas grave". Dans les faits, il faut s'intéresser à la raison de ces impasses dans bon nombre de produits audiovisuels. Ce que j'essaye de dire aux gens, et de faire dire aux gens, c'est "à votre avis, pourquoi ?"

Dans les faits, Benioff et Weiss ne sont pas plus cons que vous (si si, j'vous assure), et ils ont lu le même récit que vous (pour ceux qui savent lire, quoi). Sans compter qu'ils ont le numéro de Martin (promis, ça aussi j'y reviens). Donc pourquoi ne plus prendre le temps ?

Je n'ai pas la réponse, mais ce qui est sûr c'est que vous non plus. On peut tenter d'y réfléchir, mais dans les faits je pense qu'ils n'ont plus la possibilité de prendre du temps, parce qu'ils n'en ont plus des masses. Nous sommes à 6 épisodes de la fin de la série, seulement 6. Tout le monde a remarqué la problématique du rythme... Et c'est bien là le vrai problème de cette saison.

Un dernier point avant de passer à la suite : les marcheurs blancs et leur vitesse. J'ai lu de ci de là qu'ils étaient très lents, trop, et que c'était ridicule trololol. Gentiment, je vais préciser un truc, je DETESTE ce genre d'arguments.

Ce genre de commentaires n'aide pas, et surtout peut se démonter avec un fait cohérent : quel est dans nos connaissances une indication majeure sur les Autres et les spectres ? Ils viennent avec ? Avec ?? L'hiver, bien joué le mec du fond qui suit. Et quelle est l'élément qu'on observe de particulièrement symbolique, et d'en même temps important dans le dernier épisode ?

Il neige à Port-Réal. Ca n'a l'air de rien mais c'est le point le plus important. Et si les Autres n'avaient pas simplement attendu pour leur invasion que la situation soit à leur avantage ? A moins que je me trompe, le froid c'est leur force, donc plutôt que d'imaginer qu'ils ont à peine parcouru quelques centaines de kilomètres en 7 ans, dites vous plutôt qu'ils ont ratissé le Nord à la recherche de la moindre petite créature vivante, attendant patiemment que l'hiver recouvre une large partie de Westeros.

3/ Game of Thrones allant de Charybde à Scylla

J'ai bien aimé cette saison car elle a permis aussi de remettre certaines pendules à l'heure, notamment sur la relation unissant Martin et ses producteurs. Vous vous souvenez qu'on a vu fleurir comme des paquerettes des tas d'articles disant que Martin avait fustigé la série, expliquant qu'il ne la regardait pas ? Vous vous souvenez comme les gens se sont gorgés du désamour en s'en servant comme justification pour leurs propres critiques ?

Oups ! Il s'avère que Melty.fr n'avait pas suffisamment bien travaillé sur ces sources (c'est étonnant), et que la tonne d'articles outrancieusement pute-à-clics avaient tort. Eh oui, Martin est loin de détester la série, ou du moins rien ne permet de le déclarer. Je pense, à recouper toutes les interviews, qu'au mieux il aime bien, et qu'au pire il s'en fiche. Il fonctionne et a toujours fonctionné en allant dans sa propre direction, et en laissant GoT, qui n'est qu'une adaptation, à Benioff et Weiss.

Mais ce que ça révèle est bien plus sombre pour l'avenir, car à présent la série prend une tournure qui peut le blesser, non dans la diffusion de l'histoire qu'il écrit, mais parce que son histoire va être jugée avant de paraître.

Les plus vieux lecteurs le savent, oui il y a bon nombre de choses écrites par Martin que la série n'a pas prises en compte, et nul doute que plusieurs rencontres/situations seront différentes. Mais qu'importe, les spectateurs voient des choses qui risquent de se passer, et ne se privent pas de faire savoir leur mécontentement. Leur seul désir, profond, c'est que Martin désavoue lui-même la série, pour les justifier dans l'erreur de ses producteurs.

Or, il ne le fait pas. Diantre ! Et il a bien raison. Encore une fois, la série n'est pas exempte de défauts, bien sûr, et elle est critiquable dans le fond comme la forme, mais il s'avère qu'elle est loin d'être aussi atroce, et qu'elle semble quand même s'inscrire à respecter au minimum son propre univers, dans les codes actuels audiovisuels.

Ce qui déplait aux gens apparemment, c'est le fait que les intrigues ne sont plus le coeur de la série... Mais en même temps c'est fini, les dragons sont sur Westeros, et les Autres arrivent au Sud du Mur, ce n'est plus le temps des intrigues. Il est là, le temps où le pragmatisme est brisé et où le cynisme doit plier.

On est d'accord, ce n'est pas subtil. Mais on peut remettre un peu de contexte ? On parle de quel medium, là ? Vous mettez des zombies mutants de glace, des explosions de flammes vertes, et des dragons de la taille d'un avion. Comment voulez-vous essayer d'être subtil avec le souffle épique que doit instaurer une production audiovisuelle ?

La mort de Margaery (et des autres gens dans le septuaire) la saison précédente terminait totalement le jeu de cour et d'intrigues à Port-Réal, et pour ceux qui espéraient encore la fin de Littlefinger, moins brutale que l'explosion d'un septuaire, elle reste la fin d'un monde, détruit par l'arrivée du mystique dans le Nord. Littlefinger ne pouvait pas survivre à ça, il est trop pragmatique et ce depuis le début. Il était donc normal que le retour des enfants Stark, entre une assassin qui change de tronche et un piaf à trois yeux en fauteuil roulant, ça devienne compliqué.

C'était sûr que les choses allaient se passer ainsi, la direction était évidente. La série signe donc la fin de son chemin de croix, et approche d'une conclusion trop brutale pour beaucoup de monde.

4/ 13 porte bien malheur

Le fait est qu'il y a bien un vrai problème qu'on peut remarquer, et qu'on a déjà soulevé auparavant, le manque de temps. Il restait 13 épisodes au début de cette saison avant de clore cette histoire, et j'ai la nette impression que les gens ne ressentent pas les conséquences de ça.

Prenons un instant et bonne note, le problème majeur de cette saison c'est bien entendu le rythme, le côté pressé qui pousse à prendre des raccourcis quelque peu honteux. Oui, je sais, j'en ai parlé plus haut, et j'ai expliqué ce défaut autant que j'ai pu. Mais j'ai pas dit que le défaut n'existait pas, ben non, faut pas être idiot.

Dans les faits, ils confirment le problème éternel de GoT, le problème du rythme. Vous avez sans doute vu ça partout, c'est un terme un peu générique que je vais essayer d'expliquer. Si la notion de rythme est facile à comprendre, je pense que donner mes exemples du pourquoi ça ne marche pas parlera à davantage de monde.

Cette saison marquait la vraie rencontre que beaucoup de fans souhaitaient depuis le début de la série, Jon et Daenerys. La rencontre a été amenée de manière cohérente (ben oui, Jon a besoin d'elle pour l'obisdienne, et elle a besoin de lui pour... éviter de se taper une invasion du Nord, et merde).

Eh bien oui, je trouve que la rencontre était très bien. Par contre, ils ont souffert d'un manque de scènes, et oui, là les scènes "coupées" posent soucis. Car si on comprend bien la réalité de leur relation du point de vue de Daenerys (tout en jeu de regards, suffisamment bien pour le dire), Jon lui est laissé de côté.

On voit clairement que ce n'était pas prévu, il devait sans doute y avoir plus de scènes, et des dialogues qui ont dû être coupés. Mais dans les faits, en excluant cette coupe sauvage, on assiste donc à un certain rapprochement, qui d'un coup devient une proximité peu crédible à base de "Dany"...

La saison prend son temps sur des scènes dispensables, la confrontation Arya/Sansa par exemple, qui n'a pour but que de faire douter le spectateur sur le fait que "holala, non mais elle recommence cette conne de Sansa".

Sauf qu'elle recommence pas au final, mais qu'en fait elle recommence bel et bien. Ben oui, on voit quand même des tas de scènes où elle doute, et où Arya joue les creepy. On aurait largement pu faire l'impasse sur autant de scènes pour pas grand chose.

Mais voilà, on était à treize épisodes de la fin, et il faut aller vite dans ces cas-là. C'est un gros problème que d'arriver à la fin et de savoir conclure une histoire. Et une histoire comme GoT aurait sans aucun doute dû se conclure bien avant ces 13 épisodes finaux, mais ils ont choisi d'axer le combat final sur la dernière partie, le dernier arc... Pour un blockbuster con, on repassera. Dans les faits, un blockbuster aurait prit plus d'ampleur pour un tel affrontement, on en aurait manger pendant saisons et demie.

5/ Conclusion

Cette saison n'était pas à la hauteur de la précédente, le rythme étrange basé sur la conclusion en deux saisons de sept et six épisodes fournit une partition étrange, qui se brouille et se perd dans la volonté de faire des histoires, au détriment de la cloture l'Histoire. Mais c'est la partie qui est toujours la plus dure, que celle de finir une histoire. Si le travail est bâti sur du sable, c'est là qu'il s'écroule, et c'est là que tout les défauts ressurgissent.

La série GoT n'est pas la meilleure série du monde, ni même la meilleure adaptation qui soit sortie. Elle est pleine de défauts, et ces défauts ressurgissent maintenant comme des évidences, alors qu'ils sont presque (pour certains) des codes depuis le début de la série. La saison 7 se hisse néanmoins à un bon niveau, jouant de scènes fortes, et comme souvent ce sont les plus intimistes qui sont les plus fortes.

Nous reparlerons, prochainement, du leak de la saison 8, et des brumes glacées qui s'annoncent, mais pour l'instant il est temps de marquer une pause avec Game of Thrones.

 

En attendant à tout bientôt les gens, pour plein de nouvelles !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents